Lundi 6 juin

Petit déjeuner et brieffing meteo. Rien de grave mais que du prés à 15 ou 20 nœud si on veut aller sur Pantelleria et l’ouest de la sicile. On décide de modifier le programme. On reste à Lampedusa jusqu’à Jeudi ou Vendredi pour un retour direct sur Ragusa ou Malte en fin de semaine.

On assiste à l’arrivée des chalutiers, avec une pêche copieuse de St Pierre, rouget, poulpes, calamars, Langoustes….)

Les lampedusans semblent assez cool, et ne sortent en mer que par mer calme et pour assurer la pèche nécessaire à la vie locale.  Une devise locale : Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué. Cela entraine de longues discussions qui finissent toujours par trouver une solution qu’on aurait pu adopter dés le début. Mais au moins cela fait passer le temps.

Midi : On est informé par les gens du coin qu’un « Mascaret » est attendu en début d’après-midi. Consigne est donnée de ne pas rester prêt du quai. LoVerdé va mettre son bateau sur corps mort au fond du port et on le suis pour se remettre à couple.

Le mascaret Lampedousan est un en fait une forte variation de niveau de la mer avec des courants importants lors d’un passage de vent d’Est à Nord ouest  avec  un certain type de pression. Cela arrive rarement mais peu être assez violent.  Cela ressemble à ce qu’onpeut rencontrer aux Baléares.

Celui-ci est peu marqué mais suffisant  pour générer de forts courants dans le port (6 ou 8 nœuds). Quelques bateaux cassent leurs amarres et se percutent  mais sans dégats majeurs.

Soirée chez Stephana avec Courcous de poisson.